Larqué fait le buzz !

 

Sport BuzzCapture d’écran 2016-04-09 à 17.05.31.png, le rendez-vous détendu sport et médias de L’Équipe 21, recevait ce matin Jean-Michel Larqué. Quelle bonne idée ! Le capitaine a abordé de nombreux sujets, dont l’UEFA (regardez son coup de gueule dans les off de l’émission), et évoqué son dernier ouvrage Nos années en vert (Saint-Étienne 1976, les joueurs racontent, éd. L’Artilleur, 17,90€).

 

Capture d’écran 2016-02-19 à 17.54.49

et dans la même émission… on cite également Le Bruit des Crampons !

Merci au rédacteur en chef, Vincent @Rousselet_Blanc !

@hugues1966

Publicités

Larqué s’arrache !

jeanmi

Capture d’écran 2016-04-07 à 10.25.45

 

 

Il n’est pas encore sorti que le nouveau livre de Jean-Michel Larqué fait déjà sensation ! Nos années en Vert (éditions L’Artilleur, 17,90€, parution le 13 avril) était en effet à gagner hier dans l’émission #BFMFOOT de l’excellent Jean-Baptiste Boursier, sur @bfmtv (le replay de l’émission)

 

jbb

 

Dans cet ouvrage, Jeanmimi nous replonge dans la France des années 1970, au cœur des exploits des Verts qui enflammaient le pays : la vie à l’époque, la ville de Saint-Etienne, le club, les performances, les amis, la télé, Giscard, le Coq sportif…

 

 

 

 

 

Le capitaine donne la parole à ses coéquipiers. Les 16 participants aux 9 matchs qui ont conduit l’ASSE en finale de la Coupe d’Europe des Clubs Champions, le 12 mai 1976 à Glasgow ont la mémoire vive.

A vous d’en juger, désormais.

@hugues1966

Sainté fait les 3 – 8

Jouer plus pour gagner plus ? Voir. Cette semaine (dans ma religion, la semaine débute le dimanche), mes abonnements hors de prix à Canal + (genre 37 €, c’est le plus cher !) et à BeIn (ça, ça va) vont être un peu rentabilisés.

Capture d’écran 2014-09-22 à 10.01.56

Et pourquoi pas le Stade Tyrannosaure de Sète ?!

Hier tout d’abord, la télé a chauffé aux alentours de 17h (il a fallu que je patiente un peu, deux jeunes de 12 et 13 ans finissaient un match de Fifa sur la PS). BeIn1 (canal 46 sur Numéricâble) retransmettait (pas en HD, hélas), le choc Lens-Asse [on notera le sens de la mesure qui habite l’auteur] en direct du stade de la Licorne d’Amiens. Un nom pourri, entre GOT et les Pokémon, pour un petit stade de campagne bien sympathique. En plus, il faisait beau. L’histoire s’est bien terminée, mais le tabouret qui sert de repose-mollets n’a pas survécu. C’est le 7e ou 8e, je pense, qui finit prématurément sa course à la poubelle.

Jeudi soir, à 21h, je ne serai hélas pas à GG, mais devant C+ (de mémoire plus de 37 €/mois, je le répète) qui diffusera l’affiche que nous envient supporters espagnols et ultras anglais, Asse-Bordeaux. On aime bien les Bordelais à Sainté, mais pas de blague ! Ils sont 2, on est 3, le vent peut tourner [locution sans signification précise que chacun peut interpréter à sa guise].

Capture d’écran 2014-09-22 à 10.25.26

39,90 € qu’ils disent, même !

Dimanche prochain, à 21h, c’est au Vélodrome, reçu par mon ami le président Labrune [c’est drôle d’écrire ça…], que j’irai assister au choc que nous jalousent les tifosi italiens, OM-Asse. Enfin, quand je dis que je serai à Marseille, c’est une façon de parler. Je serai encore une fois devant Canal + (au moins 37€/mois) à prier la Vierge noire du Puy-en-Velay plutôt que la Madone de la Garde, pour les Verts triomphent, parce que mon gars Vincent ne m’a jamais invité…

Capture d’écran 2014-09-22 à 10.29.49

Par respect de sa vie privée, je n’ai pas sorti les vieilles photos de VLB qui fâchent, mais j’en ai comme pourrait dire Mme Trierweiler… voici donc la vierge noire du Puy.

Donc, cette semaine :
– je rentabilise mes abonnements grâce à un temps d’écoute élevé,
– je me désociabilise et je me dénucléarise,
– je me beaufise à mort,
– je loue les vertus d’un club [né dans la noirceur des crassiers de charbon d’une région difficile dont les hommes n’hésitaient à travailler avec acharnement, courage et abnégation, afin de satisfaire une condition meilleure aux leurs, t’as vu la parenthèse, ça rigole pas, là, ndlr] prêt à faire les 3 – 8 (trois matchs en huit jours) pour garder la tête haute.

Capture d’écran 2014-09-22 à 09.45.52

Étranges faits diVerts

  • 1- Tout d’abord, ce retweet de @NicolasPré, lundi 15 septembre à 23h34. : « Le LOSC, leader de la Ligue 1 mais pas des réseaux sociaux ». Une info intrigante, propulsée par @linkfluence, spécialiste des médias digitaux, arpenteur officiel du bruit généré sur les réseaux sociaux. De quoi s’agit-il ? De mesurer l’acoustique et par là, la résonance, d’une marque, d’une personne, d’un événement sur la sphère 2.0. Surprise, le modeste club du Forez est bel et bien passé à l’ère numérique. Les supporteurs de l’ASSE font du barouf dans les tribunes de Geoffroy Guichard, mais sont aussi remuants sur Twitter.
twitter

Que de mentions sur Twitter pour l’ASSE lors de la 5è journée de L1 !

  • 2- Jeudi 18 septembre à 19h00, les Verts de l’ASSE renouent avec la coupe d’Europe. On attaque modestement par la C3, on s’occupera de la C1 dans quelque temps. Pour ces retrouvailles qui font chavirer les fans, le premier déplacement va conduire nos troupes à Bakou (même s’ils ne voyagent pas en éco, super LOL de la mort), capitale de l’Azerbaïdjan. Le petit club de Qarabag Agdam ne dispose en effet pas de stade à la mesure de sa renommée ! Les Verts et l’Europe, une sacrée histoire que décrypte Jean-Michel Larqué dans le numéro de rentrée de Maillot Vert, la Pravda-magazine de tout bon supporteur.
jml:MV

Larqué, un Européen convaincu.

  • 3- Le célèbre restaurant Le Stade d’Issy (cf notre avant-dernière publication ou cliquez sur ce lien), recèle de memorabilia et autres goodies de sport. Aperçu dans ses photos postées ce jour sur Facebook, ce sympathique petit « single ». Hélas, je n’ai pas le son !
stade

Kaaris doit trembler du boule…

A bientôt sur lebruitdescrampons.

@hugues1966

Brazuca ou Tango ?

C’est sans doute une question de génération. J’aime bien le Brazuca de mes fils. Mais il y quelque 36 ans, j’adorais le Tango -qui inspire d’ailleurs encore pas mal de fabriquants et de championnats. Coupe du Monde, télévision, décalage horaire, ballon… je vous propose de relire le chapitre 4 de Y’a péno ! , version courte :

Premier Tango à Paris (juin 1978)

La France est qualifiée. Une première depuis que je suis né.

Au mois de juin, à l’école, le rythme est plus tranquille. On sait déjà si on passe. Il arrive que l’on sorte plus tôt. Je me retrouve alors seul à la maison. Certains après-midi, je regarde quelques matchs à la télé. Je prends soin de fermer les volets pour que le soleil qui inonde le salon me laisse deviner les actions. Notre poste Téléavia, trônant sur son pied blanc, n’est pas passé à la couleur. Décalage horaire, ambiance de ces stades qui hurlent, hymnes estropiés qui ressemblent parfois à la fanfare des pompiers bénévoles de mon village de Haute-Loire, noms exotiques de joueurs… mon premier contact conscient et intéressé avec une coupe du Monde est réussi.

Mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est leur ballon, à ces joueurs. Il est classe ! On ne voit presque plus les hexagones cousus entre eux car des espèces de triangles noirs imprimés donnent le sentiment qu’il est en fait composé de cercles… C’est tellement moderne. On doit forcément mieux jouer avec une balle comme ça. Pour fêter l’Argentine, les responsables l’ont baptisée Tango. Subtil. A ce jour, je n’ai eu que des balles en plastique, moi, aucun cuir.

Ce soir, j’ai droit à un cadeau, couronnement d’une 6e domptée de main de maître, qui s’achève dans moins de quinze jours. Ma mère dépose un sac de plastique blanc sur la table de la salle-à-manger. Il n’est pas assez épais pour cacher la sphère qu’il renferme. Je l’en débarrasse et saisis “ mon Tango ” à pleines mains. Il est magnifique, sublime, phénoménal. Il sent si bon. Pas une éraflure sur sa peau vernie. Et quelle mine ! Maman l’a choisi orange ; un orange presque fluo.

Notre amitié est immédiate. Un authentique coup de foudre. Je le pose sur mon lit, le caresse, le cajole. Je voudrais prévenir la Terre entière que moi aussi, je suis un peu en Argentine, ce soir. Je voudrais désormais shooter dedans, tirer des coups francs magistraux, des penalties historiques, je voudrais que Didier Six me le transmette pour que j’aille marquer, de la tête, du pied gauche, du pied droit, de l’entrée de la surface, des six mètres… Je voudrais faire danser ce Tango sur une pelouse immaculée. Qu’il tournoie sur lui-même, ralentisse sa course, l’accélère. Lumière éteinte, Tango calé sous mon bras et sous les draps, je m’écroule avec mon obsession.

Depuis la semaine dernière, on a décidé avec quelques copains, de clore le dernier jour de classe par un match de foot. D’un geste précis, je libère mon Tango du sac de sport où je l’avais logé. Des sifflets admiratifs fusent. J’ai su garder la surprise. Des mains en pagaille se précipitent pour le tâter, le caresser, le flatter. Des baskets blanches, noires et marrons le frappent. Je suis fier pour lui. Je suis fier de lui. Et grâce au terrain synthétique, il a évité les crampons. Il ne sera pas défiguré en rentrant à la maison, ce soir.

Voici le gagnant du grand jeu LBDC !

Souvenez-vous. Le 10 juin dans Télé Crampons, nous lancions un défi aux internautes : reconnaître le film dont un extrait était diffusé en guise de lancement de l’édition. Il s’agissait de Orfeu Negro de Marcel Camus, palme d’or du festival de Cannes 1959. Sans hésitation et d’une sidérante promptitude, Guillaume Tesson (@Guillaume Tesson) a donné la bonne réponse, devançant 254689 participants, environ. Nous ne résistons pas à vous faire partager quelques unes des réponses fantaisistes reçues : OSS 117, Rio ne répond plus, L’homme de Rio, The substitute, Copablanca, Tom Foot, Goal, A nous la victoire, Les Chtis au Maracana, Le jour plus le long… Bravo donc au gagnant, tendancier, journaliste esthète et homme de goût. Il a reçu comme convenu son exemplaire de Lettre à Thierry (éd. Le Toucan). Bonne lecture !

Capture d’écran 2014-06-14 à 15.39.18

Christian Jeanpierre : la coupe jusqu’à la lie…

CJPSous la plume alerte de , notre confrère de TVmagazine est paru voici une douzaine de jours un article bien intrigant. On y apprend que l’opérateur Numéricable, suite aux mouvements d’humeur qu’auraient manifestés ses abonnés envers certains commentateurs sportifs, a trouvé la parade. La solution, un procédé appelé Radio in picture qui permet de substituer le son du télédiffuseur par celui du radiodiffuseur de son choix. Fini donc le décalage de deux secondes constaté entre l’image qui arrive dans son salon -via un câblo-opérateur- et le son provenant d’une radio. Pourquoi pas ?

De là à traduire une volonté de rendre muet un seul homme, comme le suggère le titre, c’est aller un peu vite en besogne, non ? Le communiqué de presse de Numéricâble, reproduit ci-dessous est d’ailleurs beaucoup plus neutre.
NUM

Sur Twitter, les comptes (anonymes, évidemment !) recensés au nom de Christian Jeanpierre sont nombreux. Parmi eux, se cache néanmoins le vrai. Ces usurpations identitaires ne sont certes pas toujours de très bon goût ni même drôles. Si la France se hisse en finale de cette vingtième coupe du Monde, CJP totalisera alors 10 matchs commentés en direct en phase finale et montera sur la troisième marche du podium accueillant les journalistes ayant commenté le plus grand nombre de matchs en direct lors de cette compétition (lire le post précédent).

Capture d’écran 2014-06-12 à 17.45.47

Que les Bleus alignent sept matchs au Brésil. Et autant de victoires ! C’est tout ce que l’on souhaite.