JEAN-MICHEL LARQUÉ RACONTE LES COULISSES DE LA COUPE DU MONDE

A quelques jours du tirage au sort de la phase finale (Russie, juin-juillet 2018), Jean-Michel Larqué publie le 16 novembre  » Mes bonheurs, mes doutes, mes colères. 50 ans dans les coulisses de la Coupe du monde : Les Bleus, l’arbitrage, le foot business » (Solar Editions), 16,90€.

Voici la présentation de l’éditeur :  » L’histoire de Jean-Michel Larqué et de la Coupe du monde est celle d’un rendez-vous manqué. Juste avant celle qu’il aurait dû disputer en tant que joueur (1978), il s’est gravement blessé au genou. Il s’est ensuite rattrapé en suivant en tant que commentateur toutes celles qui ont suivi. Proche des joueurs et des entraîneurs, ancien technicien lui-même, il a eu accès à beaucoup d’informations qu’il n’a alors pas toujours pu exploiter à l’antenne, de la même façon qu’il n’a jamais pu livrer ses émotions, ses coups de cœur ou ses coups de gueule. C’est ce récit, très personnel, qu’il livre aujourd’hui, mettant en relief les personnalités qui l’ont marqué ou déçu au cours de des quinze Coupes du monde qu’il a en mémoire, pointant au passage les innovations tactiques ou les bévues managériales. Comme en 1993, lorsque la France a laissé filer par la faute de son sélectionneur une qualification pour la World Cup aux États-Unis qui lui tendait les bras. »

Ajoutons que le Capitaine ne mâche pas ses mots sur :
– les éditions de 1974 et 1978 qui virent les victoires -inévitables ?- de la RFA et l’Argentine, pays hôtes,
– les sélectionneurs qui faillirent à nous qualifier pour 1994 et nous enlisèrent en Afrique du Sud, en 2010,
– Maradona…

Qu’il parle sans détour de la victoire de 1998, de son amitié avec Thierry Roland, des choix de Didier Deschamps…

Bref, on se régale au rythme de l’évocation directe, tantôt admirative, tantôt agacée, de quinze éditions de Coupe du monde.

Merci, Jean-Michel, merci Solar et merci @hugues1966.

Publicités

Téléfoot a 40 ans et le livre 15 jours, déjà !

Pour tout savoir de cette émission historique de notre télévision, la meilleure solution est de se plonger dans la lecture de  » Téléfoot, 40 ans complètement foot « , signé par @hugues1966 et son camarade @olivercab (Éd. Solar, 24,90€).

Créé par Pierre Cangioni, ce must watch est aujourd’hui présenté par Christian Jeanpierre. Dans le livre-anniversaire, 18 collaborateurs, présentateurs, rédacteurs en chef, chroniqueurs, réalisateurs, mais aussi l’actuel sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps, d’hier et d’aujourd’hui racontent leur Téléfoot. Et puis il y a aussi Sylvaine et Françoise Boulain, et ça mes amis, ce n’est pas rien !

Beaucoup de médias se sont intéressés à la sortie de cet ouvrage. Qu’ils en soient remerciés. Voici quelques extraits (Télé Star, Télé Poche, Télé Câble-Sat, Le Dauphiné libéré, Presse Océan) :

TSTPTCSLE DAUPHINE LIBERE_070917PRESSE OCEAN_030917FullSizeRender

Et sous L’Océan, on n’oublie pas d’écouter France Inter « Le nouveau rendez-vous », diffusé le 12 septembre où intervient l’éditeur talentueux de ce beau livre, Jean-Philippe Bouchard :
https://www.franceinter.fr/emissions/le-nouveau-rendez-vous/le-nouveau-rendez-vous-12-septembre-2017

A ceux qui ont lu ce post jusqu’au bout, j’annonce une belle surprise avant Noël !

@hugues1966

 

#Roland-Garros : Pierre Fulla sur le Central

Vive la pluie à Roland ! Mardi, entre deux averses, le sympathique Laurent Luyat a fait un petit clin d’œil à l’ex-pilier du service des sports de France 2, chroniqueur emblématique de Stade 2, Pierre Fulla ! Pierre, personne ne l’ignore, publie son autobiographie (Ici, à Nagano, Ed. Solar, 14,90€) dans laquelle il revient sur son incroyable destin ! Petit Français né sur le sol marocain, il gravit les échelons de l’haltérophilie (septuple Champion de France et digne représentant tricolore de ce sport au plan mondial) avant de s’attaquer à l’Everest cathodique, dont il est devenu une figure familière en 35 ans d’une carrière bien remplie. On se régale de ces souvenirs qui passent du noir et blanc à la couleur, du magma de pixels à la HD, du 4/3 au 16/9. On sourit au gré des portraits tour à tour ronds et acides des vedettes du petit écran qu’il livre sans retenue, mais avec distance et affection. Et puis, je n’oublie pas le superbe et totalement inédit cahier photos qui vient illustrer ses tranches d’une vie très active.

Pour en revenir à la vidéo du jour, retour donc sur la terrasse de France Télé sur le court central de #RG17, en compagnie de Laurent Luyat, Arnaud Boetsch et Lionel Chamoulaud, qui tente une furtive imitation de l’ami Pierre.

@hugues1966

Pierre Fulla allume la télésphère

Après le doublé de Zizou au Real, c’est au tour de Pierre Fulla de réaliser le sien. Ce lundi 5 juin, deux grands hebdomadaires de télévision faisaient paraître dans leurs colonnes une chronique élogieuse de l’autobiographie du journaliste (Ici, à Nagano, Ed. Solar, 14,90€).  Télé Star, tout d’abord, sous la plume alerte de son rédacteur en chef, @guillaumebotton. Télé Poche, ensuite, dans lequel il récidivait !

Des chroniques qui donnent furieusement envie de se pencher dans les pages sépia de l’histoire de notre télé et de notre patrimoine sportif.                             @hugues1966

 

FULLA : l’incroyable making of !

IMG_2024

Des ministres en mal de transparence, un tennisman tripoteur, une princesse dont les raisons de la disparition ne sont plus énigmatiques, un mercato qui sent la poudre, des animateurs télé satellisés…  d’accord, mais surtout, cette vidéo virale qui tue le Net. Pierre Fulla en personne, cerné par plein de Pierre Fulla pendus aux étagères, qui regarde une vidéo de Pierre Fulla. Abyme, abyme. Ah, bim, oui !

 

 

 

 

PF

Pour mémoire, le livre ICI, À NAGANO de Pierre Fulla -qui m’a demandé de tenir sa plume, en tout bien tout honneur- est paru mercredi dernier (Ed. Solar, 14,90€).

Pierre Fulla, Pierre est là, Pierre sera là.

Le 12 juillet 1998, la bande à Jacquet enlevait la première coupe du Monde de foot du pays. Quelques mois plus tôt, les Français faisaient un peu moins les malins dans les montagnes japonaises… Aux XVIIIe Jeux olympiques d’hiver de Nagano, du 7 au 22 février 1998, notre délégation ne glanait que huit médailles, dont deux en or. Mais un journaliste gagnait là-bas ses galons de vedette du petit écran. Confronté à une météo épouvantable, l’anchorman de France Télévisions, devait meubler des heures de direct durant. La suite, on s’en souvient : les Guignols s’emparent de son personnage et de la situation, Canteloup de sa voix. Le « Ici, à Nagano » de Pierre Fulla est son « Tout à fait, Thierry » de Larqué, son « C’est votre dernier mot ? » de Foucault, son « Faites du bruit » de Nagui, son « Désolé » de Denisot, etc.

Mais Fufu n’a pourtant pas attendu son presque 60e anniversaire et la neige nippone pour se tailler une place parmi les figures familières qui s’installent jour après jour dans notre télé. La preuve en image ! Avec cette coupure de presse où le jeune homme à peine trentenaire porte sur ses épaules d’haltérophile son patron, Raymond Marcillac et son confrère… Michel Drucker ! La presse titrait alors : « Fulla, le nouvel homme fort de Cognacq-Jay ».

IMG_7593

C’est d’ailleurs le présentateur de « Vivement dimanche » qui signe la préface de l’autobiographie de l’ami Pierrot, subtilement titrée… « Ici à Nagano » !

Pour découvrir les secrets de Nagano, les coulisses de Stade 2, la trajectoire hors du commun du gamin de Casablanca et tant d’autres souvenirs inédits, rendez-vous le 24 mai en librairie !!!

PF

« Ici à Nagano », de Pierre Fulla, avec la collaboration de Hugues Berthon (24 mai, 14,90€, éd. Solar).