FULLA : l’incroyable making of !

IMG_2024

Des ministres en mal de transparence, un tennisman tripoteur, une princesse dont les raisons de la disparition ne sont plus énigmatiques, un mercato qui sent la poudre, des animateurs télé satellisés…  d’accord, mais surtout, cette vidéo virale qui tue le Net. Pierre Fulla en personne, cerné par plein de Pierre Fulla pendus aux étagères, qui regarde une vidéo de Pierre Fulla. Abyme, abyme. Ah, bim, oui !

 

 

 

 

PF

Pour mémoire, le livre ICI, À NAGANO de Pierre Fulla -qui m’a demandé de tenir sa plume, en tout bien tout honneur- est paru mercredi dernier (Ed. Solar, 14,90€).

Publicités

ICI À NAGANO, LE FILM !!!

Mais oui, c’est lui ! Le héros des JO de Nagano en 1998 est de retour. De passage chez son éditeur Solar, Pierre Fulla a replongé dans la poudreuse. Attiré par la lumière des caméras, il revient avec humour sur le contenu de son livre autobiographique, Ici à Nagano. Regardez, plutôt.

Et si vous êtes sages et patients, d’ici quelque temps, vous aurez droit au making of de cette vidéo virale que l’interoueb s’arrache déjà. Plus fort que les chats ou les petites culottes qui volent, que les gadins mesquins, que les fact checkings de tout poil, Fufu assure !!!

Pierre Fulla, Pierre est là, Pierre sera là.

Le 12 juillet 1998, la bande à Jacquet enlevait la première coupe du Monde de foot du pays. Quelques mois plus tôt, les Français faisaient un peu moins les malins dans les montagnes japonaises… Aux XVIIIe Jeux olympiques d’hiver de Nagano, du 7 au 22 février 1998, notre délégation ne glanait que huit médailles, dont deux en or. Mais un journaliste gagnait là-bas ses galons de vedette du petit écran. Confronté à une météo épouvantable, l’anchorman de France Télévisions, devait meubler des heures de direct durant. La suite, on s’en souvient : les Guignols s’emparent de son personnage et de la situation, Canteloup de sa voix. Le « Ici, à Nagano » de Pierre Fulla est son « Tout à fait, Thierry » de Larqué, son « C’est votre dernier mot ? » de Foucault, son « Faites du bruit » de Nagui, son « Désolé » de Denisot, etc.

Mais Fufu n’a pourtant pas attendu son presque 60e anniversaire et la neige nippone pour se tailler une place parmi les figures familières qui s’installent jour après jour dans notre télé. La preuve en image ! Avec cette coupure de presse où le jeune homme à peine trentenaire porte sur ses épaules d’haltérophile son patron, Raymond Marcillac et son confrère… Michel Drucker ! La presse titrait alors : « Fulla, le nouvel homme fort de Cognacq-Jay ».

IMG_7593

C’est d’ailleurs le présentateur de « Vivement dimanche » qui signe la préface de l’autobiographie de l’ami Pierrot, subtilement titrée… « Ici à Nagano » !

Pour découvrir les secrets de Nagano, les coulisses de Stade 2, la trajectoire hors du commun du gamin de Casablanca et tant d’autres souvenirs inédits, rendez-vous le 24 mai en librairie !!!

PF

« Ici à Nagano », de Pierre Fulla, avec la collaboration de Hugues Berthon (24 mai, 14,90€, éd. Solar).

On rechausse les crampons, à Nagano !

Chers amis,

Non, le bruit des crampons ne s’est pas volatilisé ! Il s’est fait plus lointain. Beaucoup plus lointain, c’est vrai.
A quelques heures du coup d’envoi de Saint-Étienne-Bordeaux, qui ne changera rien à l’issue d’une saison mitigée pour les hommes du Forez, et de l’hommage aux victimes de la catastrophe de Furiani, le voilà de retour.
La nouvelle du jour : la parution annoncée, programmée, décidée, préparée de l’autobiographie de Pierre FULLA (24 mai, 14,90€, éd. Solar), que j’ai eu le bonheur de rédiger à ses côtés !!!
« Septuple champion de France d’haltérophilie, le gamin de Casablanca entre à la télévision un peu par hasard en 1968, pour finalement devenir une figure incontestable de Stade 2 jusqu’en 2000. A 79 ans, il décide de raconter le spectacle sportif et médiatique, tour à tour magnifique et tragique, dont il été le témoin privilégié », écrit l’éditeur, Solar dans sa note de présentation.
Monsieur Nagano, popularisé par les Guignols pendant les JO de 1998 a la mémoire vive. La télé sépia qu’il décrit de l’intérieur est un régal. Son préfacier, Michel Drucker, ne se prive pas de le rappeler…

Merci de l’accueil chaleureux que vous réserverez à Ppiieeeerrrre Fffullllaaaaaa !!!

@hugues1966